Contact

La Liberté est en Canaan

L'Effet Boomerang

Toute vie naît de la connaissance

Notre but

La Transition réussie

La France et Dieu

Aller sur notre blog

Lisez en musique

Autres thèmes spirituels

Science et Foi

Sites amis

Pour nous joindre, cliquez psyfr
Accueil
Chapitre précédant Accueil du livret Chapitre suivant
Haut Chapitre suivant

LA LIBERTÉ EST EN CANAAN


2 - Nos sentiments sont un désert d’Amour divin pour le Saint-Esprit


Si le Saint-Esprit est offert par Dieu en Jésus-Christ, Il est beaucoup plus qu’une simple « logique » puisqu’il est la troisième Personne de Dieu, qui va pouvoir adapter le guide qu’il constitue depuis le « cœur » du sujet, à la vocation de son cheminement vers la nature divine. Si le Saint-Esprit vient ainsi remplacer l’ancienne logique dans le « cœur », il n’est cependant pas donné dans une vocation différente de l’esprit de base, car le but divin n’est pas de nous laisser nous écarter de notre vocation génétique, mais de nous apporter la vie en abondance, sur les valeurs de cette vocation génétique.  

C’est pourquoi notre Créateur nous apporta la traduction écrite de cette vocation génétique, au travers de la parole de Dieu dans les textes bibliques, car si l’objectif de ces « logiques » reste identique, ce sont leurs capacités à produire le réel bon résultat qui les différencient.

Il est donc important de regarder à leur différence fondamentale, car là où la logique de l’esprit initial à pour premier objectif de nous maintenir coûte que coûte sur notre vocation génétique et de nous rapprocher ainsi de l’Éternel notre Créateur, il en est de l’opposé dans la seconde « logique ». Le Saint-Esprit a en effet pour but de nous apporter la présence de Dieu : Afin que notre libre arbitre puisse volontairement se tenir avec précision, dans les limites placées dans notre génétique par notre Créateur.

Le Saint-Esprit, offert par Dieu en Jésus-Christ, apporte la présence divine dans notre « cœur », à la façon dont Jésus nous l’a dit en Jean 14-23  « Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera;  nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui ». C’est par cette valeur de l’Amour, vécue de façon permanente, que les bonnes limites de notre vocation génétique peuvent nous devenir perceptibles avec précision, afin que nous ne les dépassions pas, mais que nous puissions en utiliser utilement toute partie. Celui qui est dans la lumière d’un projecteur et qui va entrer dans l’obscurité, le perçoit fort bien, tout comme celui qui est dans le bonheur de vivre la présence divine, peut dire non à la rupture qui subviendrait s’il en franchissait les limites.

Ce sera donc là, la vie en abondance que Jésus est venu apporter à l’humanité, car Il n’est pas venu écraser quiconque par le devoir de suivre la loi divine, comme c’est le cas de ce tuteur appelé Satan ou le diable, mais Il est venu accomplir cette loi pour pouvoir nous prendre sous son aile et couvrir les erreurs de celui qui veut ne plus pécher, afin de lui offrir la capacité de devenir semblable à Lui.

Au jour où le système émotionnel de chacun sera devenu semblable à celui de Christ dans les cieux, ce sera là le royaume des Sacrificateur que Jésus prépare pour Dieu son Père, car chacun pourra vivre alors la félicité divine déjà sur cette terre, mais nous ne devons surtout pas griller les étapes si nos désirs nous portent dans cette espérance.

S’il n’en est pas encore ainsi, ce n’est pas à cause du manque de sincérité de chacun, mais parce que, selon notre vocation dans le Corps de Christ et notre avancée spirituelle, certaines étapes sont incontournables, à commencer par la sortie d’Égypte à laquelle participèrent ceux qui n’avaient pas laissé entrer l’ange exterminateur, si nous comparons notre cheminement spirituel à celui du peuple hébreu.

Notre sortie d’Égypte est aujourd’hui le baptême du Saint-Esprit, qui vient remplacer dans le « cœur » la logique ancienne de l’esprit, mais qui ne change en rien la programmation effectuée par celle-ci dans le cerveau, dont l’utilisation nous est indispensable pour produire toute forme d’action. Étant donné que cette programmation a été effectuée sur les valeurs de l’amour égocentrique, cela place donc le Saint-Esprit dans un désert d’Amour divin pour la finalisation de toute émotion en action, identique à celui des hébreux à leur sortie d’Égypte.

Chacun est alors appelé à se laisser guider par la foi dans le Saint-Esprit, dont la perception émotionnelle dans le « cœur », se trouve amplifiée en raison de sa nature divine et devient comparable à la perception visuelle par laquelle l’Éternel se manifesta à son peuple au désert, au travers de la colonne de fumée le jour et celle de feu la nuit. Cette période est ainsi fondamentale pour apprendre à discerner le nouveau guide que constitue le Saint-Esprit, au sein de notre système émotionnel, car aussi utile puisse-t-il être, nous avons toujours la capacité de ne pas tenir compte de son influence sur nos décisions d’actions et de ne pas en corriger émotionnellement la programmation ancienne. Le bon apprentissage à correctement discerner ce guide et la programmation effectuée dans nos sentiments, conduira donc le Saint-Esprit à nous influencer vers une installation « comme à l’est du Jourdain », soit vers la conquête de notre Canaan, la terre sainte. Si nous avons par contre étouffé la perception du Saint-Esprit au profit de notre connaissance de la parole de Dieu, ou de toute autre règle, nous risquons de tourner dans ce désert, comme ce fut le cas de la première génération sortie d’Égypte ou de nous installer par nous-mêmes dans une vocation qui ne correspond pas à la nôtre selon Dieu.

Durant tout ce temps au désert, si tous suivaient Moïse, tout le peuple hébreu suivi visuellement la colonne marquant la présence de l’Éternel et il en va de même pour chacun de se laisser guider par le Saint-Esprit aujourd’hui, en utilisant correctement la maîtrise de soi (appelée aujourd’hui QE, quotient émotionnel) pour dominer ses émotions et produire une action correspondant au mieux à l’Amour divin. Durant tout ce temps au désert, le cerveau de chacun apprend ainsi à appliquer un coefficient correcteur à cette part programmée sur les valeurs de l’amour égocentrique, pour lui conférer la correspondance estimée juste par l’intéressé, en rapport à l’Amour divin. Plus ce coefficient est important en rapport à la parole de Dieu, plus celui-ci va pouvoir être facilement décelé et mis en évidence par le Saint-Esprit en eux, alors que pour d’autres, il devient rapidement imperceptible dans leurs motivations conscientes. Il est évident que plus la correction de l’action programmée dans leur système émotionnel est faible, en rapport à ce qu’ils interprètent comme étant l’amour divin, plus il leur sera alors possible de confondre cette correction avec la réécriture de l’esprit dans la nature divine, alors qu’à ce niveau ce n’est pas encore le cas.

Cela apporte alors à certains plus que d’autres l’impression des possibilités du parfait emploi de ce dont ils disposent et à être installés divinement à l’est du Jourdain, alors que d’autres sont appelés à prendre conscience de ce simple coefficient et à être conduits dans la conquête de leur Canaan.

Si la partie programmée, que sont l’esprit et les sentiments, est restée sur la même programmation initiale qu’avant le baptême du Saint-Esprit et ne correspondent donc pas à la finalité voulue par Dieu en Jésus-Christ, c’est pourtant là une étape fondamentalement utile et indispensable. Le QE de chacun, apprend à influencer ses actes selon des coefficients les plus corrects possibles de façon similaire entre l’homme et la femme, afin de les rendre ensembles vainqueurs de la tutelle répressive de Satan. Si cette étape est aussi fondamentale, ce n’est pas qu’elle soit une finalité, mais qu’elle en constitue l’accès.

C’est en cela qu’à la sortie du désert, l’Éternel établit une partie de son peuple à l’est du Jourdain, pour qu’il servit de référence à ceux qu’il envoya dans la conquête de la terre sainte de Canaan, en établissant les mieux affermis sur leur mode de fonctionnement au « désert », pour servir de référence aux autres dans leur sanctification en Canaan.

Nous retrouvons aujourd’hui l’équivalence à cette sanctification au travers de la conquête de l’Amour divin, car en Jésus-Christ, Dieu veut utiliser la femme et l’église comme à l’est du Jourdain, mais sur les valeurs du Canaan d’hier, avec le Saint-Esprit pour guide, alors qu’il confie la découverte de cet Amour divin à l’homme et à la société déportée de l’église, ce qui correspond à leur conquête de Canaan.